Les mots-clés de la Qualité de l’Air Intérieur

Etablissement Recevant du Public (ERP)

Selon l’article R.123-2 du Code de la construction et de l’habitation : tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non. Sont considérées comme faisant partie du public toutes les personnes admises dans l’établissement à quelque titre que ce soit, en plus du personnel.

Benzène

Composé chimique appartenant aux COV (Composés Organiques Volatils), le benzène provient de nombreuses sources dans les environnements clos (fumée de cigarette, processus de combustion, matériaux de construction et d’ameublement, produits de bricolage et d’entretien, etc.) mais également d’apports de l’air extérieur (trafic automobile, chauffages, industries…).
La voie d’exposition principale est l’inhalation. Le benzène a été reconnu cancérogène pour l’Homme à de fortes concentrations. 

Formaldéhyde

De la famille des aldéhydes, ce composé est fréquemment utilisé comme fixateur ou conservateur. Par dégagement gazeux issu de certains matériaux de construction et de décoration, de produits d’entretien, de colles, de feutres, de peintures, de livres scolaires, etc. Il est fréquent d’en retrouver de faibles traces dans les environnements intérieurs.
La voie d’exposition principale est la voie aérienne. Le formaldéhyde est avéré cancérogène à de fortes concentrations.
Une exposition prolongée peut provoquer des irritations des yeux, des voies respiratoires et de la peau. Chez les enfants et à doses importantes, il peut provoquer une aggravation de l’asthme ou de la sensibilité allergique.

Dioxyde de carbone

Le CO2, également appelé gaz carbonique, est un composé chimique inodore et incolore. Son taux est révélateur de l’indice de confinement (voir définition plus bas), c’est-à-dire qu’il témoigne de la contamination humaine de la pièce. Présent en fortes quantité, il révèle un renouvellement d’air insuffisant et peut être source d’intoxications, de maux de tête, de vertiges, etc.

Indice de confinement

Calculé à partir d’une mesure en continu de la concentration en dioxyde de carbone dans l’air (exprimée en ppm : parties par million), il doit être obligatoirement mesuré en présence des occupants de la pièce. L’indice va de 0 (confinement nul) à 5 (confinement très élevé).
L’indice se calcule selon la formule suivante :

Norme NF EN ISO/CEI 17025

Norme internationale stipulant les exigences de qualité organisationnelle et de maîtrise métrologique applicables par les laboratoires effectuant les mesures afin de garantir la validité des résultats délivrés. Il donne lieu à une “accréditation”, reconnue internationalement, révisée annuellement et valable trois ans.

Valeurs limites

Le décret n°2012-14 du 5 janvier 2012 fixe des valeurs limites “au-delà desquelles des investigations complémentaires doivent être menées par le propriétaire ou, le cas échéant, l’exploitant de l’établissement et au-delà desquelles le préfet du département du lieu d’implantation de l’établissement doit être informé des résultats”.

VGAI (Valeurs guides pour l’air intérieur)

L’ ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail), anciennement Afsset, définit les VGAI comme des concentrations dans l’air d’une substance chimique en dessous desquelles aucun effet sanitaire ou (dans le cas de composés odorants) aucune nuisance ou aucun effet indirect important sur la santé n’est en principe attendu pour la population générale. Elles visent ainsi à préserver la population de tout effet néfaste lié à l’exposition à cette substance.